WHAT WOULD NONA DO

Voilà maintenant plus de quatre mois que je n’ai pas noirci les lignes de mon carnet. Quatre mois que je ne me suis pas connectée sur le tableau de bord du blog. Mon dernier article, publié en novembre, avait été programmé et pour cause, je souhaitais me remettre à l’écriture depuis un moment mais les circonstances ont compromis mon retour.

Je vous préviens, cet article va être long et sûrement un peu décousu car pour cette fois, il ne s’agira pas d’un simple Mea Culpa pour des mois de silence ou d’un billet avec de jolies photos.

Comme vous le savez peut-être, en janvier dernier, j’ai radicalement changé de vie : je suis passée d’un statut d’intermittente du spectacle à celui de salariée en entreprise. J’ai très rapidement évolué professionnellement et accédé à un poste de Responsable en Communication et Évènementiel – poste que je n’imaginais pas pouvoir atteindre un jour – j’ai constitué une équipe du tonnerre et créé tout un tas d’évènements qui ont ponctué une année de travail intense et riche en émotions.

Les missions, nombreuses et variées, m’ont incitée à plonger dans le travail sans retenue et bien que je m’y sois grandement épanouie, j’ai peiné à trouver du temps libre pour me consacrer pleinement au blog et je dois dire que cela m’a malgré tout beaucoup manqué.

Cet été, je vous avais officiellement quittés avec des articles ensoleillés mais le beau temps fût de courte durée. Après cinq mois d’hospitalisation dus à une violente chute, nous avons appris que ma grand-mère ‘Nona’ devait partir en EHPAD et n’aurait pas d’autre choix que de quitter l’appartement qu’elle avait connu pendant plus de quarante ans sans pouvoir y passer une dernière fois. S’en sont donc suivis de longs mois de logistique et de déménagement. Nous avions fort heureusement trouvé une structure adaptée pour l’accueillir, mais cela n’enlevait rien à sa peine et à la nôtre de devoir dire adieu dans l’urgence à cet appartement qui nous avait vu grandir mon père, mes sœurs et moi.

Après trois mois “la tête dans le guidon”, nous avons rendu les clefs le cœur serré mais soulagés de la savoir entre de bonnes mains et à quelques minutes de la maison que mes parents venaient d’acquérir. Nous avions prévu de la voir régulièrement avant leur emménagement en mars prochain. Il ne restait plus que quelques mois avant qu’elle puisse profiter de leur compagnie à temps plein.

Il faut croire que la vie avait d’autres plans pour Nona. Il m’est encore impossible de le dire ou de l’écrire car cela semble encore irréel mais nous avons du lui dire au revoir le 24 décembre dernier, entourés de celles et ceux qui avaient partagé un peu d’elle avec nous.

À l’aube des trois ans du blog, je me suis longuement interrogée sur ma motivation et ma volonté de reprendre l’écriture, qu’elle soit faite en ligne ou au théâtre. J’en ai longuement parlé avec mon amoureux qui a la grande qualité de savoir écouter et de trouver les mots justes quand il faut. Et c’est lorsqu’il m’a dit : “What would Nona do” que ses mots ont résonné à nouveau dans mon esprit : “Ma chérie fonce, ne perds pas de temps !”

Je la revois me serrer la main avec force et m’encourager de son regard noir et déterminé en répétant ces mots : “Ne perds pas de temps”.

Alors me revoilà. Cet article aura été sans aucun doute le plus personnel et le plus douloureux que j’aurais eu à écrire depuis la création du blog mais il était nécessaire pour que vous compreniez. La douleur et le chagrin ne m’ont pas encore quittée pour laisser place aux souvenirs, alors je m’efforce d’être patiente et de laisser le temps faire son œuvre – ce qui me semble être une bonne résolution pour débuter 2023.

Je vous donne donc rendez-vous, comme avant, chaque dimanche à 18h, pour une série d’articles intitulée “Throwback To” qui nous permettra, je l’espère de remonter un peu le temps de ces derniers mois.

ENGLISH VERSION :

It’s been more than four months since I last wrote in my notebook. Four months that I haven’t logged on the blog’s dashboard. My last article, published in November, had been scheduled and for good reason, I wanted to get back to writing for a while but circumstances compromised my return.

I warn you, this article is going to be long and probably a bit disjointed because this time, it won’t be a simple Mea Culpa for months of silence or a post with pretty pictures.

As you may know, last January, I radically changed my life: I went from being a casual performer to being an employee in a company. I quickly evolved professionally and reached a position of Communication and Event Manager – a position I never imagined I would reach one day – I built a great team and created a lot of events that punctuated a year of intense work and rich emotions.

The many and varied missions encouraged me to dive into work without restraint and although I blossomed greatly, I struggled to find free time to devote myself fully to the blog and I must say that I missed it a lot.

This summer, I had officially left you with sunny articles but the good weather was short-lived. After five months of hospitalization due to a violent fall, we learned that my grandmother ‘Nona’ had to go to an EHPAD and would have no other choice than to leave the apartment she had known for more than forty years without being able to spend one last time there. Long months of logistics and moving followed. Fortunately, we had found a suitable structure to welcome her, but this did not take away anything from her pain and ours to have to say goodbye in the emergency to this apartment which had seen us grow up my father, my sisters and me.

After three months “with our heads in the sand”, we handed back the keys with a heavy heart but relieved to know that she was in good hands and only a few minutes away from the house my parents had just bought. We planned to see her regularly before they moved in next March. There were only a few months left before she could enjoy their company full-time.

I guess life had other plans for Nona. It is still impossible for me to say or write it because it still seems unreal but we had to say goodbye to her on December 24th, surrounded by those who had shared a little of her with us.

At the dawn of the blog’s third anniversary, I questioned myself for a long time about my motivation and my desire to resume writing, whether it be online or in the theater. I talked about it for a long time with my lover who has the great quality of knowing how to listen and find the right words when needed. And it was when he said to me, “What would Nona do” that his words resonated in my mind again, “Sweetie go for it, don’t waste time!”

I can see her shaking my hand forcefully and encouraging me with her dark, determined look as she repeated those words, “Don’t waste time.”

So here I am again. This article will have been without a doubt the most personal and painful I would have had to write since the creation of the blog but it was necessary for you to understand. The pain and the sorrow have not left me yet to give way to memories, so I am trying to be patient and let time do its work – which seems to me to be a good resolution to start 2023.

So I’ll meet you, as before, every Sunday at 6pm, for a series of articles entitled “Throwback To” which will hopefully allow us to go back in time a little over the past few months.

  1. Bravo Lizounette 😘quel belle article je te souhaite pleins de bonnes choses et une réussite dans tes projets il a raison ton amoureux fonce …..je t’embrasent espère te voir bientôt ….👍😘

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller en haut
error: Content is protected !!