Affichage de 5 Résultat(s)
BEAUTY TRENDS

MA ROUTINE MAQUILLAGE

Je ne suis pas du genre à beaucoup me maquiller. J’ai eu l’occasion de me lâcher lorsque je jouais sur scène mais au quotidien, je suis parfaitement capable de vivre sans maquillage. En revanche, lorsque je me maquille, c’est par choix. Ça n’est jamais pour me protéger du regard des autres ou pour plaire. Je le fais par plaisir et c’est ce qui rend ce moment si particulier. J’adore créer et m’amuser avec les produits et, bien que ma collection ne soit pas aussi dense que celle d’une youtubeuse, j’ai quand même l’embarras du choix.

I’m not the type to put on a lot of makeup. I had the opportunity to let go of myself when I played on stage but on a daily basis, I am perfectly capable of living without makeup. However, when I wear makeup, it is by choice. It is never to protect me from the eyes of others or to please. I do it for fun and that’s what makes this moment so special. I love to create and have fun with products and, although my collection is not as dense as that of a youtubeuse, I am still spoiled for choice.

ÉTAPE 1 : L’HYDRATATION
Step 1: Hydration

Comme abordé dans mon article sur mes essentiels pour les soins du visage, je ne me maquillage jamais sans avoir préalablement hydraté ma peau. En seulement trois gestes très simples : j’applique mon sérum, ma crème hydratante et une bonne dose de baume à lèvres.

As discussed in my article on my essentials for facial care, I never make up without first hydrating my skin. In just three very simple steps: I apply my serum, my moisturizer and a good dose of lip balm.

ÉTAPE 2 : L’ANTI CERNES
Step 2: Concealer

Je ne porte que très rarement du fond de teint et en général, je me contente d’appliquer de l’anti cernes pour camoufler localement certaines zones de mon visage. J’en utilise des plus ou moins couvrants selon mes besoins.

I very rarely wear foundation and in general, I just apply concealer to locally camouflage certain areas of my face. I use more or less covering depending on my needs.

ÉTAPE 3 : RÉCHAUFFER & ILLUMINER SON TEINT
Step 3: Reheat & illuminate

Toujours dans l’idée d’avoir un résultat le plus léger possible, je n’applique jamais un blush et un bronzer. Je choisis entre les deux et l’applique au niveau des pommettes pour rehausser mon teint et structurer mon visage.
On continue avec l’highlighter. Star incontestée des ces dernières années, impossible de ne pas passer par la case glow. Mais encore une fois, je l’utilise plus ou moins souvent, selon mes envies.

Always with the idea of having the lightest possible result, I never apply a blush and a tan. I choose between the two and apply it on the cheekbones to enhance my complexion and structure my face.
We continue with the highlighter. Undisputed star of recent years, impossible not to go through the glow box. But again, I use it more or less often, according to my desires.

ÉTAPE 4 : LES SOURCILS
Step 4: Eyebrows

Ah ! Voilà une étape que ne loupe que très rarement. Grâce à mon héritage italien/grec, je dois avouer que la forme de mes sourcils, j’y tiens ! Donc pour se faire, j’utilise un crayon et un mascara.

Ah! This is a step that is very rarely missed. Thanks to an Italian / Greek heritage, I have to admit that the shape of my eyebrows, I care! So to do this, I use a pencil and a mascara.

ÉTAPE 5 : LE REGARD
Step 5: The look

Étape primordiale que je ne laisse jamais au hasard. Selon mon humeur, j’utilise crayon ou liner et n’oublie jamais mon mascara. Pour cette fois, un peu de Terracotta sur mes paupières pour réchauffer le regard, une bonne couche de mascara, et voilà !

An essential step that I never leave to chance. Depending on my mood, I use pencil or liner and never forget my mascara. For this time, a little Terracotta on my eyelids to warm the eyes, a good layer of mascara, and voila!

ÉTAPE 6 : LES LÈVRES
Step 6: Lips

Si je ne devais garder qu’une seule étape du maquillage, ça serait sans hésiter celle-ci. Une bouche bien rouge pour un look rétro comme je les aime. Après hydratation avec mon baume Dermophil, crayon + rouge à lèvres : le combo parfait !

If I had to keep only one stage of makeup, it would be without hesitation this one. A very red mouth for a retro look that I like. Pencil + lipstick: the perfect combo!

- WHERE TO GET IT -

Vous voulez voir ma routine en vidéo ? C’est par ici !

You want to see my routine on video? It’s over here!

IN THE SHOES OF

LA JEUNE FILLE À LA PERLE

Salutations !
Ces dernières semaines, j’ai vu défiler sur Instagram un challenge qui reprenait le thème du « VanGoYourself » déjà répandu au Royaume-Uni, à savoir reproduire en photos des tableaux plus ou moins célèbres. J’ai toujours voulu essayer mais poster simplement une photo sur les réseaux me frustrait un peu car beaucoup de préparation pour un résultat finalement éphémère.
C’est pendant le confinement que ma maman m’a reparlé de ce challenge et (temps libre oblige) je me suis dit qu’en faire une série d’articles mêlant culture et créativité pourrait être ludique et vous permettrait peut-être de découvrir l’histoire d’œuvres que vous ne connaissiez pas ou bien d’en apprendre davantage.
Pour cette grande première, je me suis donc lancé le défi de reproduire le portrait de La Jeune Fille à la perle.


Greetings!
Over the last few weeks, I have seen a challenge on Instagram that took up the theme of the « VanGoYourself » already widespread in the UK, namely to reproduce more or less famous paintings in photos. I’ve always wanted to try but simply posting a picture on the networks frustrated me a bit because a lot of preparation for a result that is ultimately ephemeral.
It was during the confinement that my mum told me about this challenge again and (free time obliges) I thought that making a series of articles mixing culture and creativity could be fun and would perhaps allow you to discover the history of works you didn’t know or to learn more about them.
For this grand premiere, I therefore took on the challenge of reproducing the portrait of La Jeune Fille à la perle.

Pour la petite histoire :

Réalisée vers 1665 par Johannes Vermeer, La Jeune Fille à la perle est une œuvre peinte à l’huile sur toile et fait grossièrement la taille d’une taie d’oreiller (pour vous donner une idée concrète). Ce portrait est ce qu’on appelle un Tronie. Ce mot néerlandais signifiant « visage » est un genre distinctif utilisé notamment pendant l’âge d’or de la peinture néerlandaise. On soupçonne que le modèle était une des filles du peintre mais son identité est restée inconnue et a d’ailleurs inspiré un film du même nom avec Scarlett Johansson et Colin Firth.
Selon certaines études, on constate que la composition de l’œuvre s’apparente à celles de Léonard de Vinci et La Jeune Fille à la perle a également été surnommée la
« Joconde du Nord ».
Oubliée pendant plus de deux cents ans, La Jeune Fille à la perle sera redécouverte par un collectionneur d’art qui la lèguera en 1903 à un musée des Pays-Bas. Restauré en 1994 et considéré comme un chef d’œuvre, il est depuis le tableau le plus réputé de Vermeer.


For the record:

Made around 1665 by Johannes Vermeer, The Girl with a Pearl is a work painted in oil on canvas and is roughly the size of a pillowcase (to give you a concrete idea). This portrait is what we call a Trony. This Dutch word meaning ‘face’ is a distinctive genre used especially during the golden age of Dutch painting. It is suspected that the model was one of the painter’s daughters, but her identity has remained unknown and has inspired a film of the same name with Scarlett Johansson and Colin Firth.
According to some studies, the composition of the work is similar to those of Leonardo da Vinci, and The Girl with the Pearl was also nicknamed the « Mona Lisa of the North ».
Forgotten for more than two hundred years, La Jeune Fille à la perle was rediscovered by an art collector who bequeathed it to a museum in the Netherlands in 1903. Restored in 1994 and considered a masterpiece, it has since been Vermeer’s most famous painting.

Une idée de tableau à reproduire ? Partagez-la en commentaires !

Any ideas for a painting to reproduce? Share it as a comment!

FOOD RECIPES

APPLE PIE

Cher amis, me revoilà en ce dimanche avec une petite anecdote cocasse sur ma vie en confinement. Comme depuis le début de cette période, je vais chaque soir applaudir le personnel médical (hospitalier ou itinérant), les personnes travaillant dans les commerces (notamment les caissières et les livreurs) sans oublier les éboueurs et bien d’autres.
Cette activité quotidienne ne m’a malheureusement pas permis d’échapper à l’attraction de mon frigo, en revanche, j’ai eu l’occasion de faire connaissance avec ma voisine qui travaille elle aussi dans le milieu hospitalier et à qui j’ai proposé de faire quelques pâtisseries qu’elle pourrait partager avec ses collègues.
C’est ainsi que j’ai commencé à tuer le temps en concoctant des petites douceurs que je pourrais savourer sans devenir sphérique !

Pour cette tarte aux pommes pour 8 à 10 personnes, vous aurez besoin de :

Pour la pâte sablée :
– 800g de farine
– 415g de sucre blanc
– 4 œufs
– 335g de beurre
– 2 pincées de sel

Pour la farce :

– 6 pommes – préférez les Golden (personnellement j’en ai pris 8 car elles étaient petites et je n’avais que celles-là sous la main)
– 2 cuillères à soupe de sucre roux
– de la cannelle en poudre
– 1 œuf entier

Dear friends, here I am again this Sunday with a funny little anecdote about my life in confinement. As I have been doing since the beginning of this period, every evening I will applaud the medical staff (hospital or itinerant), the people working in the shops (especially the cashiers and delivery men) without forgetting the garbage collectors and many others.

Unfortunately, this daily activity did not allow me to escape the attraction of my fridge. On the other hand, I had the opportunity to get to know my neighbour who also works in the hospital environment and to whom I offered to make some pastries that she could share with her colleagues.
That’s how I started to kill time by concocting little sweets that I could enjoy without becoming spherical!

For this apple pie for 8 to 10 people, you will need :

For the shortbread dough:
– 800g of flour
– 415g white sugar
– 4 eggs
– 335g of butter
– 2 pinches of salt

For the stuffing:

– 6 apples – prefer the Golden ones (personally I took 8 because they were small and I only had those on hand)
– 2 tablespoons of brown sugar
– powdered cinnamon
– 1 whole egg

Dans un bol, cassez les quatre œufs mélangés aux matières sèches (farine, sucre et sel) et ajoutez-y le beurre préalablement fondu et refroidi (pour éviter qu’il ne cuise les œufs).
Puis malaxez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit homogène.
Scindez-la en deux parties, la première servira de fond et la seconde au dressage du tissage.
Une fois la pâte étalée au fond de votre plat, préchauffez votre four à 180°C et pelez les pommes et coupez-les en petits dés.
Versez-les dans une poêle et ajoutez le sucre roux afin qu’elles dorent puis une fois qu’elles sont ramollies et un peu caramélisées, vous pouvez saupoudrer de cannelle à votre convenance pour que le mélange s’imprègne de sa saveur pendant la cuisson.
Remuez régulièrement jusqu’à ce que les pommes deviennent fondantes.

 

In a bowl, break the four eggs mixed with the dry matter (flour, sugar and salt) and add the butter, previously melted and cooled (to prevent it from cooking the eggs).
Then knead the dough until it is homogeneous.
Divide the dough into two parts, the first part will be used as a base and the second for the straightening of the weave.
Once the dough has been spread at the bottom of your dish, preheat your oven to 180°C and peel the apples and cut them into small cubes.
Pour them into a frying pan and add the brown sugar so that they turn golden brown. Once they are softened and a little caramelized, you can sprinkle with cinnamon at your convenience so that the mixture absorbs its flavor during cooking.
Stir regularly until the apples are melting.

Une fois prêtes, versez-les dans le plat et étalez-les pour qu’aucune ne se chevauche. Puis vous pouvez passer au tissage. Prenez votre temps, c’est la partie la plus délicate ! Vous pouvez enfin badigeonner le tout avec le dernier œuf préalablement battu et voilà, il ne vous reste plus qu’à enfourner votre tarte pour 25 minutes environ à chaleur tournante (180°C).

Once ready, pour them into the dish and spread them out so that none overlap. Then you can move on to weaving. Take your time, this is the trickiest part! Finally, you can brush the whole thing with the last beaten egg and voilà, all you have to do is put your tart in the oven for about 25 minutes on rotating heat (180°C).

Voilà pour cette nouvelle recette, n’hésitez pas à m’en donner des nouvelles, il me tarde d’avoir vos retours… Jusqu’à preuve du contraire, ma voisine ne s’est pas empoisonnée alors j’imagine que c’était comestible. Que la force des fourneaux soit avec vous et bon courage !


So much for this new recipe, don’t hesitate to give me news, I look forward to hearing from you… Until proven otherwise, my neighbour didn’t poison herself so I guess it was edible. May the strength of the stoves be with you and good luck!

Une nouvelle recette ?
Partagez-la en commentaires !

A new recipe? Share it in comments!

IN THE SHOES OF

RACHEL BERRY

S’il y a bien une série qui m’a apporté du bonheur, c’est « Glee ».
Et pour cause, comme son nom l’indique, la joie, l’allégresse ou encore la jubilation étaient au rendez-vous à chaque fois qu’un nouvel épisode s’annonçait.
J’ai commencé à m’y intéresser parce qu’en arrivant à la fac, une fille de ma classe (qui depuis est devenue une amie) m’a dit que je ressemblais à un des personnages.
Incrédule, j’allais donc découvrir cette série qui regorgeait de chansons toutes plus géniales les unes que les autres ! Oui, c’est un sujet que je n’ai pas encore abordé sur le blog (ça ne saurait tarder) mais j’ai un amour inconditionnel pour les comédies musicales et « Glee » était et restera un des programmes que j’ai trouvé le plus audacieux et précurseur dans bien des domaines.


If there’s one show that’s brought me happiness, it’s « Glee ».
And for good reason, as its name indicates, joy, jubilation and jubilation were there every time a new episode was announced.
I became interested in it because when I got to college, a girl in my class (who has since become a friend) told me that I looked like one of the characters.
I was incredulous, so I was going to discover this series which was full of songs, each one more brilliant than the other! Yes, it’s a subject I haven’t covered on the blog yet (it won’t be long now) but I have an unconditional love for musicals and « Glee » was and will remain one of the programs that I found the most daring and pioneering in many areas.

Dans cette nouvelle édition, j’ai donc décidé de me mettre dans les chaussures de la fameuse Rachel Berry.
Pour ceux qui ne connaissent pas son personnage, Rachel est un subtil mélange entre l’attachement et l’agacement. C’est la bonne élève de service, donneuse de leçons, mal aimée et mal menée par ses camarades de classe et surtout particulièrement ambitieuse. Lorsqu’elle intègre le Glee Club, on compare sa voix à celle de Barbra Streisand (à qui elle voue un véritable culte) et elle devient rapidement la soliste du groupe.


In this new edition, I decided to put myself in the shoes of the famous Rachel Berry.
For those who don’t know her character, Rachel is a subtle mix between attachment and annoyance. She is the good student on duty, a teacher, unloved and badly led by her classmates and above all particularly ambitious. When she joins the Glee Club, her voice is compared to that of Barbra Streisand (to whom she devotes a real cult) and she quickly becomes the band’s soloist.

D’un point de vue vestimentaire, j’avoue que ses tenues tout au long de la série m’ont fait baver d’envie. Son style années 60 correspond exactement à ce que je retrouve dans ma garde-robe et, qu’on se le dise, le combo mini-jupe, cuissardes et béret restera mon préféré.


From a clothing point of view, I have to admit that his outfits throughout the series made me drool with envy. His 60’s style is exactly what I find in my wardrobe and, let’s face it, the mini-skirt, waders and beret combo will remain my favorite.

Très honnêtement, être comparée à un personnage comme celui-là a plus flatté mon égo qu’autre chose étant donné qu’à part un vague air de ressemblance (notamment pour les fringues et la frange) je n’ai à l’évidence pas la voix de Rachel Berry. Même si j’ai parfois tendance à le croire quand je fredonne devant la glace embuée de ma salle de bain…


Quite honestly, being compared to a character like that flattered my ego more than anything else since apart from a vague air of resemblance (especially for the clothes and the fringe) I obviously don’t have Rachel Berry’s voice. Even if I sometimes tend to believe it when I hum in front of the fogged-up mirror in my bathroom…

Une série à conseiller ?
Partagez-la en commentaires !

A show to recommend ? Share it in comments!

PLACES TO BE

AU WARRY’S COFFEE

C’est inédit !
Pour la première fois depuis la création de Paris My Dear, nous allons parler d’une adresse située en dehors de la capitale. Oui, vous avez bien lu, je suis allée m’encanailler dans la banlieue parisienne. Bon, proche banlieue je vous l’accorde puisqu’il s’agit de la charmante ville de Levallois-Perret.

Pour la petit histoire, suite à la révolution française, Levallois conserve une population rurale et il faudra attendre 1867 pour que la commune s’émancipe de la ville de Clichy dont elle dépendait jusqu’alors.
C’est au début du 20ème siècle que s’y installe l’industrie automobile avec la première usine de fabrication Clément-Bayard.
Pendant la Première Guerre mondiale, le chef motoriste Marc Birkigt se voit réquisitionner son usine au profit de l’effort de guerre et ainsi produire des moteurs d’avions.
Pour finir, c’est également dans la même ville que l’entreprise Citröen, qui y avait également racheté des locaux pour étendre sa production, a fait naître la fameuse Citroën 2CV.


It’s unheard of!
For the first time since the creation of Paris My Dear, we’re going to talk about an address outside the capital. Yes, you read that right, I went to slum it in the Paris suburbs. Well, close suburb I grant you since it is the charming town of Levallois-Perret.

For the record, following the French Revolution, Levallois retains a rural population and it was not until 1867 that the town was emancipated from the city of Clichy, on which it depended until then.
It was at the beginning of the 20th century that the automobile industry settled there with the first Clément-Bayard manufacturing plant.
During the First World War, the chief engine manufacturer Marc Birkigt had his factory requisitioned for the war effort and thus produced aircraft engines.
Finally, it was also in the same town that the Citröen company, which had also bought premises there to expand its production, gave birth to the famous Citroën 2CV.

C’est donc en un charmant dimanche après-midi que j’allais goûter à une adresse qui me faisait envie depuis belle lurette : le Warry’s Coffee.
Improbable café-boudoir dans un coin plutôt populaire, on se retrouve loin des rues embourgeoisées de la ville et c’est tant mieux ! Je me trompe peut-être mais installer un commerce comme celui-là dans une rue encadrée par des barres d’immeubles, ça pourrait dénoter et pour le coup, on comprend que tout le monde s’y retrouve. L’ambiance est douillette, l’équipe est plus que chaleureuse, la clientèle variée, des jeunes, des moins jeunes. En bref, on est tous là pour la même chose, se goinfrer.


So it was on a charming Sunday afternoon that I was going to taste an address that I’ve wanted for a long time: Warry’s Coffee.
Improbable café-boudoir in a rather popular area, you’re far from the bourgeois streets of the city and it’s so much the better! I may be wrong but setting up a business like that in a street framed by building bars, it could be a good idea and for the moment, it’s easy to understand that everyone can find their way around. The atmosphere is cozy, the team is more than warm, the clientele is varied, young and old. In short, we’re all here for the same thing, to eat.

Et pour le coup, vous aurez l’embarras du choix ! En ouvrant la carte, le salé se mêle au sucré et lorsque l’on regarde sur la table du voisin, on a envie de commander la même chose. Et si notre compte en banque nous le permet, en revanche ça n’est pas le cas de notre estomac. Les assiettes sont généreusement servies et les boissons à tomber par terre.


And you’ll be spoilt for choice! When you open the card, the salty mixes with the sweet and when you look at your neighbour’s table, you feel like ordering the same thing. And if our bank account allows us to do so, our stomach doesn’t. Plates are generously served and the drinks to fall on the floor.

Depuis le temps que je voulais découvrir cette adresse, j’ai fait la totale : pancakes, nappage chocolat au lait et fruits à la chantilly accompagnés d’un chocolat chaud aux marshmallows. Mes amies ont été plus raisonnables, un jus de fruits fraîchement pressé pour chacune et à les voir, je me dis que j’aurais du ajouter ça à ma commande.


Since the time I wanted to discover this address, I did the whole thing: pancakes, milk chocolate topping and fruit with whipped cream accompanied by a hot chocolate with marshmallows. My friends were more reasonable, a freshly squeezed fruit juice for each one and seeing them, I think I should have added that to my order.

Je ne vous cache pas qu’après avoir écrit cet article, je n’ai qu’une seule envie, y retourner.
Et je vous confirme que si vous habitez au fin fond du 20ème (ou bien où que vous soyez) traverser Paris pour découvrir le Warry’s Coffee sera toujours une bonne idée.


I won’t hide from you that after writing this article, I have only one desire, to go back.
And I can confirm that if you live in the far end of the 20th (or wherever you are) crossing Paris to discover Warry’s Coffee will always be a good idea.

Une nouvelle adresse ?
Partagez-la en commentaires !

A new address?
Share it in comments!