Site Loader

Oyez, oyez ! Braves lecteurs, je reviens vers vous, en cette nouvelle semaine, avec un sujet qui ne vous aura probablement pas échappé puisqu’il est sur toutes les lèvres et vitrines de nos charmants commerces. Si vous l’ignorez encore, c’est que vous vivez dans une grotte. Oui, je parle bien de la Saint Valentin.
Je traîne depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux et force est de constater que la toile n’échappe pas à la vague annuelle de roses rouges, chocolats et autres tenues à dentelle.


Hear ye, hear ye! Brave readers, I come back to you, in this new week, with a subject that will probably not have escaped you since it is on all the lips and windows of our charming businesses. If you are still unaware of it, it is because you live in a cave. Yes, I’m talking about Valentine’s Day.

I’ve been hanging out on social networks for several days now and it’s clear that the web is not immune to the annual wave of red roses, chocolates and other lace outfits.

Pour la petite histoire, dans l’Antiquité, la Saint Valentin était associée à des fêtes de la fertilité et au XIVème siècle, elle était célébrée car l’on pensait que les oiseaux choisissaient ce jour-là pour s’accoupler. En 1496 – et oui ça fait un bail ! – le pape donne au moine Valentin de Terni le nom de « patron des amoureux ». Ce qui n’empêche pas l’Église de condamner sévèrement le valentinage ; qui était une coutume médiévale autorisant les femmes à avoir des relations extraconjugales une fois par an. Et bonne année !


For the record, in ancient times, Valentine’s Day was associated with fertility celebrations and in the 14th century, it was celebrated because it was thought that birds chose this day to mate. In 1496 – and yes it has been a long time! – the pope gave the monk Valentin of Terni the name of “patron saint of lovers”. This did not prevent the Church from severely condemning valentine; which was a medieval custom allowing women to have extramarital relations once a year. And Happy New Year!

Pour en revenir à notre ère, l’avalanche commerciale autour de cette fête ne m’a pas laissée indifférente et je me suis posé quelques questions.
Tout d’abord, comment fait-on lorsqu’on est seul ? C’est vrai, on ne va pas se mentir, la Saint Valentin c’est un peu comme Noël ; on célèbre l’amour et la joie d’être ensemble.
C’est génial quand on est concerné, mais quand on a personne avec qui fêter, qu’est-ce qu’on fait ? Loin de moi l’idée de vous pondre un article déprimant, et honnêtement le 14 février marque davantage le jour de mon déménagement (comme évoqué dans mon article Home Sweet Home).


Coming back to our era, the commercial avalanche surrounding this festival did not leave me indifferent and I asked myself some questions.

First of all, what do you do when you’re alone? It’s true, we’re not going to lie to each other, Valentine’s Day is a bit like Christmas; we celebrate love and the joy of being together.
It’s great when you’re involved, but when you don’t have anyone to celebrate with, what do you do? Far be it from me to write you a depressing article, and honestly February 14th is more of a moving day (as mentioned in my Home Sweet Home article).

Mais je me suis tout de même demandé si, lorsque l’on fêtait la Saint Valentin avec la formule complète incluant tendre moitié, bon restau et confidences sur l’oreiller, c’était pas un peu téléphoné.
Bien sûr, on connait tous ce starter pack vendu chaque année – que ce soit dans les supermarchés, les grandes ou petites enseignes de prêt-à-porter. On le sait qu’il va se passer quelque chose en cette douce soirée du 14 février. On y est préparé !


But I still wondered if, when you celebrate Valentine’s Day with the full Valentine’s Day formula including a tender half, a good meal and pillow talk, it wasn’t a bit of a phone call.

Of course, we all know about this starter pack sold every year – in supermarkets, big and small ready-to-wear stores. We all know that something is going to happen on the sweet evening of February 14th. We’re prepared for it!

Et puis aussi, pourquoi devoir à tout prix se couvrir de dentelle et de sous-vêtements inconfortables qui nous scient les fesses, dans le seul but de plaire à notre partenaire ? Pourquoi ne pas nous plaire d’abord à nous-même ? My Better Self en parlait récemment, la société et son marketing nous imposent d’être séduisantes et apprêtées tout au long de l’année, mais c’est encore plus flagrant à la Saint Valentin.
Certains diront que ça n’est qu’une fête commerciale et qu’à partir du 15, tout le monde sera passé à autre chose et je suis d’accord.
Mais parfois, j’aime me laisser aller à cet engouement général. Ma proposition est donc la suivante, ne pourrait-on pas fêter l’amour autrement ? Je ne vous parle pas là de nous retrouver pour une reconstitution approximative de Woodstock. Mais simplement de faire quelque chose ensemble. Proposer à des amis, ou des gens qu’on aime et qu’on ne voit pas assez, de festoyer avec autre chose que des Mon Chéri.

En bref, ce weekend, certains fêteront le 14 février comme dans les films, soirée romantique, pétales de fleurs et coupe de champagne. Tandis que d’autres resteront dans leur coin.
Tout ce que vous devez retenir de cet article est dit dans ce poème de Paul Éluard :

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte,
Une fenêtre éclairée,
Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

 

Also, why should we have to cover ourselves at all costs with lace and uncomfortable underwear that saws our buttocks off, just to please our partner? Why not please ourselves first? My Better Self was talking about it recently, the company and its marketing force us to be attractive and ready to wear all year round, but it’s even more obvious on Valentine’s Day.
Some will say that it’s just a commercial holiday and that from the 15th onwards everyone will have moved on and I agree.
But sometimes I like to indulge this general infatuation. So my proposal is this, couldn’t we celebrate love differently? I’m not talking about meeting us here for a rough reenactment of Woodstock. I’m just talking about doing something together. Propose to friends, or people we love and don’t see enough of, to feast with something other than Mon Chéri.

In short, this weekend, some will celebrate February 14th like in the movies, romantic evening, flower petals and a glass of champagne. While others will stay in their corner.
Everything you need to remember from this article is said in this poem by Paul Éluard:

The night is never complete
There’s always, as I say,
Since I say so,
At the end of sorrow
An open window,
A lighted window,
There’s always a dream waiting to happen,
Desire to fill, Hunger to satisfy,
A generous heart,
An outstretched hand, an open hand,
Watchful eyes,
A life, a life to share.

Et vous, que ferez-vous le 14 février ?

And you, what will you do on February 14th?

Lisa Tréger

One Reply to “LA SANS VALENTIN”

  1. Eh bien je suis bien contente d’avoir jeté un petit coup d’oeil à ce blog qui me chatouille bien plus le coeur que ce que j’avais pu imaginer. Bravos pour la diversité des sujets abordés, quel bel ouvrage dame My dear !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!