Site Loader

BRUNCH. Voilà un mot qui m’apporte du réconfort. Vous savez, celui qui console le blues du dimanche soir, juste avant d’attaquer le début de la semaine.
Ce genre de dimanche qu’on a envie de passer sous la couette, parce qu’encore soûl de la veille (ça n’est qu’un exemple ne vous faites pas de fausses idées).

Alors voilà, pour être tout à fait honnête, ce brunch, je ne l’ai pas vécu un dimanche mais un vendredi. « Oh la tricheuse ! » Du calme, je vous vois venir d’ici, me clouer au pilori pour avoir blasphémé cet art du petit déjeuner tardif, telle une misérable impie. Mais que voulez-vous, il s’est présenté une nouvelle occasion de manger et je n’ai pas eu le cœur de refuser.
Nous avions rendez-vous à Montmartre, au sommet de la rue Lepic. Charmant passage où les commerces fleurissent et où les habitants sont, avec le temps, devenus des habitués. On se hèle à tout va, on salue la femme et les enfants, on hurle les dernières promotions à ne pas manquer. L’ambiance est à son comble et le ciel dégagé offre un vent d’hiver qui ravigote.

Pour la petite histoire, la rue Lepic fut créée en 1809 par Napoléon 1er. Il avait à l’époque voulu rejoindre l’église Saint-Pierre de Montmartre mais avait été contraint d’y aller à pied car l’accès à l’église était en très mauvais état et impraticable à cheval. Le curé lui a alors signalé la nécessité de créer une voie plus adaptée à la circulation et c’est ainsi qu’est née la rue Lepic.
Elle aura également révélé le Café des 2 Moulins en 2001, à travers le film de Jean-Pierre Jeunet Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.


BRUNCH. That’s a word that brings me comfort. You know, the one that consoles the Sunday night blues, just before the week begins.

That kind of Sunday that you want to spend under the quilt, because you’re still drunk from the day before (that’s just an example, don’t get the wrong idea).

So here it is, to be completely honest, I didn’t live this brunch on a Sunday but on a Friday. “Oh the cheater! “Calm down, I can see you coming from here, nailing me to the pillory for having blasphemed this art of late breakfast, like a miserable impious wretch. But what do you want, a new opportunity to eat has presented itself and I didn’t have the heart to refuse.
We had an appointment in Montmartre, at the top of Lepic Street. Charming passage where the shops are flourishing and where the inhabitants have, with time, become regulars. We hurried to everything, we greeted the wife and children, we shouted out the latest promotions not to be missed. The atmosphere is at its peak and the clear skies offer a winter wind that invigorates.

For the record, the rue Lepic was created in 1809 by Napoleon I. At the time, he had wanted to reach the church of Saint-Pierre de Montmartre but had been forced to go on foot because the access to the church was in very bad condition and impassable by horseback. The parish priest then pointed out to him the need to create a road more adapted to traffic and that’s how Lepic Street was born.
She also revealed the Café des 2 Moulins in 2001, through Jean-Pierre Jeunet’s film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.

Nous avons pris une table au Pain Quotidien. Première franchise évoquée sur le blog, il y en aura sûrement d’autres, mais celle-ci me tenait tout particulièrement à cœur car, avec mes invités, c’est devenu notre point de retrouvailles.
L’atmosphère y est chaleureuse et les petits déjeuners conséquents, tout pour me rendre heureuse. Une fois passé commande, la table se retrouve rapidement couverte de victuailles et nous attaquons.

We took a table at the Daily Bread. First franchise mentioned on the blog, there will surely be others, but this one was particularly close to my heart because, with my guests, it became our meeting point.
The atmosphere is warm and the breakfasts are substantial, everything to make me happy. Once the order has been placed, the table is quickly covered with food and we attack.

Au menu, chocolat chaud, jus d’oranges, tartines beurrées, nappées de confitures et de pâte à tartiner, viennoiseries et ce sera tout, merci ! Pour mes convives, on ajoute une petite touche salée et nous voilà embarqués sur la route de la gloutonnerie.

On the menu, hot chocolate, orange juice, buttered toast, topped with jams and spreads, pastries and that will be all, thank you! For my guests, we add a little salty touch and here we are on the road to gluttony.

Une fois sortis de table, nous remontons vers la place des Abbesses et rejoignons la charmante boutique Telle mère, telle fille. Difficile de résister aux ravissants bijoux exposés en vitrine. Nous cédons à quelques créations, en souvenir de la dernière fois où nous avions déjà craqué de la même manière. J’ai comme l’impression qu’un nouveau rituel s’installe et qu’il va falloir que j’appelle rapidement mon banquier !

Once out of the table, we go back up to the Place des Abbesses and go to the charming shop Telle mère, telle fille. It’s hard to resist the beautiful jewels on display in the window. We give in to a few creations, in memory of the last time we had already cracked in the same way. I have the impression that a new ritual is taking hold and I’ll have to call my banker soon!

Une fois notre PEL dépensé, la balade continue vers la rue André Antoine où nous immortalisons notre journée avec quelques photos. Nous glissons gentiment vers un après-midi ensoleillé, ponctué par quelques emplettes et la joie d’être à nouveau réunis.

Once our savings have been spent, the walk continues towards the rue André Antoine where we immortalize our day with a few photos. We glide gently towards a sunny afternoon, punctuated by some shopping and the joy of being together again.

Et voilà pour ce premier mois de découvertes. J’espère que Janvier avec Paris My Dear vous a plu, que vous prendrez plaisir à partager Février avec moi et, pourquoi pas, nous retrouver une prochaine fois pour un vrai brunch du dimanche…

So much for that first month of discovery. I hope you enjoyed January with Paris My Dear, that you will enjoy sharing February with me and, why not, meet us again next time for a real Sunday brunch…

Où devrais-je aller la prochaine fois ?

Where should I go next?

Lisa Tréger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!