Site Loader

Mon cher blog, me voilà en ce 1er janvier 2021, un an pile après avoir pris la décision de te trouver un nom et de commencer à t’écrire. Je ne pensais pas m’y tenir et pourtant, après une petite pause estivale, je me suis replongée dans le plaisir de l’écriture, de la photo et du partage. Comme à un journal de bord, j’y ai consigné mes découvertes, mon amour pour la mode et la bonne bouffe.


My dear blog, here I am on this January 1st, 2021, exactly one year after I made the decision to find a name for you and to start writing to you. I didn’t think I would stick to it and yet, after a short summer break, I have returned to the pleasure of writing, taking pictures and sharing. Like a logbook, I wrote down my discoveries, my love for fashion and good food.

Le 1er janvier dernier, j’essayais d’obtenir mon statut d’intermittente du spectacle que j’avais loupé de peu quelques jours avant et je vivais avec environ 400€ par mois. Le contrecoup m’a fait prendre conscience qu’en tant que comédienne, je ne m’accordais jamais de temps pour autre chose que le théâtre et le cinéma (qui faisaient partie intégrante de ma vie privée comme professionnelle). Je partais du principe que travailler dans le milieu culturel devait être ma priorité et je ne laissais donc jamais de place à une quelconque distraction. C’est dans cet état d’esprit, qu’au fond de mon lit avec une boîte de mouchoirs et des gâteaux, j’ai décidé de lancer Paris my Dear.

Un an plus tard, après une frange et une coupe au carré, me voilà intermittente du spectacle, avec du travail et assez de sous pour remplir un frigo et m’offrir quelques petits plaisirs quand j’en ai envie. La route est encore longue et la course aux cachets, loin d’être terminée mais une chose est sûre, j’ai le cœur léger.



On January 1st, I was trying to get my intermittent status from the show I had missed a few days before and was living on about 400€ per month. The backlash made me realize that as an actress, I never allowed myself time for anything other than theater and cinema (which were an integral part of my private and professional life). I assumed that working in the cultural field should be my priority, so I never left any room for distraction. It was with this in mind that, at the bottom of my bed with a box of tissues and cakes, I decided to launch Paris my Dear.

One year later, after a fringe and a square cut, I’m now intermittently in the show, with work and enough money to fill a fridge and offer me some small pleasures when I feel like it. The road is still long and the race for pills is far from over, but one thing is sure, my heart is light-hearted.

Alors pour clôturer cette année particulière et commencer 2021 sur de bonnes bases, je souhaiterais d’abord remercier mon blog car il est arrivé à une période de ma vie où j’avais cruellement besoin de changement, je n’aurais pas pu choisir de meilleur moment pour commencer cette aventure.
Et je voudrais aussi vous remercier VOUS, qui m’encouragez et me faites toujours vos retours avec enthousiasme et bienveillance. Car malgré la tourmente de 2020, partager ces petites rubriques chaque semaine a éclairci mon année.

 

So to close this particular year and start 2021 on a good footing, I would like to first thank my blog because it came at a time in my life when I was in dire need of change, I couldn’t have chosen a better time to start this adventure.
And I would also like to thank YOU, who always encourage me and give me your feedback with enthusiasm and kindness. For despite the turmoil of 2020, sharing these little headings every week has made my year clearer.

MERCI !

THANK YOU!

Lisa Tréger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!